haybafm 8 mai 2020


Le HAUT-FONCTIONNAIRE sera-t-il écouté par les autorités quand il propose le Tous Ensemble, et montre qu’il y de quoi s’unir ?

Et si on faisait autrement
La transparence et l’acceptation du débat critique sont essentielles pour nous permettre d’avancer tous vers une éventuelle solution. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous avons beaucoup plus d’atouts que nous ne le pensons. Le premier et pas le moindre est la petite taille du territoire. Il est dommage que la pandémie ait si peu été prise au sérieux dès le départ. En effet il aurait été facile, si les autorités compétentes avaient pris les dispositions pour disposer du matériel de dépistage, de détecter rapidement les cas infectés, les isoler et empêcher ainsi une propagation active. Nous ne pourrons pas refaire l’histoire mais tentons au moins d’améliorer le présent pour mieux envisager le futur.

La première question à se poser est quelle est la situation réelle de l’épidémie? Sans réponse claire à cette question, il sera difficile de définir une stratégie. Connaître la situation réelle implique de connaître le nombre de personnes testées, le nombre de personnes infectées, le nombre de personnes hospitalisées, le nombre de personnes en réanimation, la localisation géographique des cas, les dispositions prises pour la surveillance des cas contacts, le nombre de décès avec l’âge des victimes et éventuellement leur profil santé. Il est impossible d’obtenir l’adhésion de la population à la mise en œuvre des mesures de prévention sans information claire et précise. Plus le citoyen sera informé, plus il se sentira respecté et associé à la démarche, plus il prêtera attention à ce qui se passe dans son entourage et plus il se conformera aux directives fixées.

La connaissance de la situation de l’épidémie permettra de définir les besoins d’appuis aux structures sanitaires et de mieux répartir les aides reçues ou à venir et les équipements et matériels acquis par le gouvernement. Les besoins ne seront jamais couverts à 100% mais si on peut au moins utiliser de manière optimale ce qui est disponible, cela permettrait de limiter les dégâts. Un autre atout dont nous disposons est le dispositif de surveillance communautaire existant. Il suffirait de doter de moyens de communication les agents communautaires pour avoir une remontée d’information sur la situation épidémiologique de leur zone respective. La centralisation et l’analyse des données au niveau central permettraient de rationaliser les moyens à déployer sur le terrain.

Acceptez les critiques, le débat contradictoire, les analyses constructives qui permettent d’avancer. Personne ne dispose de la science infuse. Apprenez à argumenter vos positions, à les défendre ou les réviser face aux positions contraires, à convaincre plutôt qu’à imposer. Face à l’arrogance vous n’aurez en réponse que du mépris et du rejet. Assouplissez le discours, parlez ouvertement de vos contraintes et vous verrez le formidable élan de solidarité que vous déclencherez.

Notre troisième atout, comme dans tous les pays subsahariens est la jeunesse de notre population qui la rend moins vulnérable aux cas graves de la maladie. Nous devons néanmoins nous préoccuper du fait de la masse importante de personnes souffrant de maladies respiratoires, d’hypertension et de diabète. Cette pandémie doit être pour nous une piqûre de rappel sur la nécessité de renforcer la prévention de ces différentes pathologies et de disposer d’une information régulière de leur évolution.

Cette pandémie a frappé de plein fouet l’ensemble de la planète et constitue une formidable opportunité de rééquilibrage des forces. Pendant que les grandes nations mettent à nu leurs défaillances les plus profondes, les PMA, PPTE, PEID et autres acronymes miséreux pour nous désigner rivalisent en ingéniosité, en pragmatisme et en maîtrise de la situation. Nous pouvons continuer à nous victimiser comme nous pouvons décider de nous prendre en charge. Sachons pour une fois être du côté des gagnants.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*