haybafm 25 avril 2020


Notre haut-fonctionnaire, après des mois de silence, nous est revenu. Ses nuits d’insomnie nous valent cette analyse profonde, entre colère et abattement, entre un micron d’espoir de sursaut et le rappel aux dirigeants que ni le pouvoir, ni les yeux fermés ne sont un vaccin contre la chose censée ne pas être ici, faute de moyens, jusqu’ici, pour la trouver.

« Vous avez remarqué que beaucoup de gens souffrent actuellement d’insomnies ? Ce n’est pourtant pas un symptôme du Covid, juste un effet, car comment dormir quand on sait que le seul sur lequel nous pouvons compter est le même sur lequel repose l’espoir de 7 milliards de terriens. Quel que soit le nom qu’on lui donne, Dieu, science ou je ne sais quoi. La différence entre nous, Comoriens, et les autres terriens, c’est qu’entre notre peuple et Dieu (ou la science), il y a un vide sidéral. Ailleurs il y a un État, un gouvernement, une administration qui agit comme elle le peut. Une administration qui est fortement critiquée mais qui est là, qui écoute l’opinion publique et qui essaye de rattraper ces ratés. Il y a une communauté scientifique qui explore, des médias qui interpellent, des personnels en 1ère ligne qui gèrent la catastrophe en attendant qu’une solution de long terme se dégage et même des cellules qui réfléchissent à l’après. Pour nous, il y a cette arrogance permanente et indécente, ce déni permanent de l’évidence, ce mépris des bons conseils et bonnes volontés, l’étouffement de ceux qui posent les bonnes questions et au final la démission du système. Cette insomnie vient du fait qu’on ne s’est jamais senti aussi seuls et désemparés devant l’ennemi. Est il en route, est-il déjà là, mais à quoi ressemble t-il? ON NE SAIT PAS!

Pendant que la plupart des pays anticipent, surveillent le pic de l’épidémie, nous, nous atteignons le pic de la bêtise humaine. Mais quel parallèle peut on faire en avril 2020, 4 mois après le début de la pandémie qui touche maintenant plus de 180 pays dans le monde, entre le Covid et la présence d’armes de destruction massive en Irak au début des années 2000? Le Covid serait donc une invention si l’on en croit notre expert en diplomatie (25 ans d’expérience nous a t’il rappelé) donc féru de stratégie, de géopolitique et tout simplement d’un peu de connaissance de l’actualité internationale. Heureusement qu’il a bien précisé qu’il n’est pas médecin, pour que sa découverte de la souche particulière du Covid qui sévit aux Comores n’engage que lui. Ceci étant dit, quand je l’écoute parler, je me demande s’il n’a pas raison. Ça doit être une souche particulière qui touche le cerveau !

À côté nous avons l’apprenti économiste reconverti en expert scientifique et qui continue à exceller dans ce qu’il fait de mieux, la propagande politique. Pendant que le monde entier milite pour l’expansion des méthodes de dépistage, lui du haut de sa sommité a décrété que seul son PCR nous livrera la vérité. Mais encore faut il qu’il arrive, qu’il soit installé (ou d’ailleurs?), qu’on sache le manipuler…. pourquoi je pressens qu’il va y avoir un souci??? Surtout faisons confiance, la situation est sous contrôle!

Est ce que quelqu’un comprend la stratégie gouvernementale face à la pandémie, à supposer qu’il y en ait une ! La première mesure de prévention date du 7 février. S’ensuit une série de décisions et contre décisions et d’innombrables incohérences entre les mesures et les pratiques. Mais quand au 7 février on a déjà conscience d’un risque, comment se fait il qu’au 21 avril, on ait encore aucun moyen de dépister le virus? Incompétence? Insouciance? Les deux à la fois?

Il semble que plusieurs cas suspects sont identifiés chaque jour en plus des 2 « cas avérés » par les autorités françaises à Mayotte (8?), mais que la règle est de nier. Après tout, les affections respiratoires sont la 2ème cause de mortalité donc où est le problème? Les médecins auraient même été menacés. Pourquoi ? En quoi est ce un problème que les Comores soient touchées par le Covid comme TOUS les pays de la planète? Certains avancent l’hypothèse que si un cas était officiellement déclaré, ce serait la débandade, qu’on ne pourrait plus maîtriser la population. Pourquoi? Dans quel pays l’annonce des premiers cas de Covid a donné lieu a des débordements de la population? Et Dieu sait qu’il y en a des pays, notamment en Afrique avec des systèmes de santé aussi délabrés que le nôtre, voire pire. D’autres émettent l’hypothèse que la révélation de cas positifs allait mettre en lumière la décomposition de nos structures sanitaires. Parce que vous croyez qu’il s’agit d’un scoop ??? Qu’on ne savait pas??? Il est vrai que nos dirigeants sont complètement déconnectés de la réalité, mais à ce point, ça frise l’hystérie.

La conséquence de tout ça est qu’à force de minimiser le mal, on lui donne tout le loisir de s’installer et de se répandre et les conséquences risquent d’être multipliées et de réellement dépasser notre maigre capacité de réponse. Est il besoin de rappeler que lorsqu’on copie, on reproduit ce qui a réussi et on met de côté ce qui a raté. On a pratiquement adopté le même folklore que celui du maître, à la fois ami et ennemi, selon les circonstances. Adresses à la nation, mesures, contre-mesures, visites de terrain. On copie également les arbres qui cachent la forêt. La bas, on lance un débat sur l’utilité du masque pour finir par découvrir qu’il n’y avait tout simplement pas de masques. Chaque jour vient avec son lot de théories du complot diverses et variées pour justifier le désarroi des chercheurs et praticiens devant le nouveau virus. L’adaptation locale est de présenter les lanceurs d’alerte comme des opposants en mal de buzz. Jouer l’affront patriotique quand l’alerte vient de Mayotte. Cacher ces malades qu’on ne saurait voir! Et pendant ce temps Covid progresse et s’installe. La communication institutionnelle est tellement désastreuse qu’on en vient à douter de la véracité des tests avant même que la machine n’entre dans le territoire.

Comment croire des autorités qui ont érigé le mensonge comme valeur cardinale de leur système de gouvernance? Avec des témoins de la communauté internationale qui joue la politique de l’autruche. Pauvres Comoriens, livrés à eux mêmes ne pouvant se fier ni à leurs médecins, ni à leur gouvernement, obligés de se livrer à la contrebande de chloroquine (et à l’automédication si fortement déconseillée) pour se soigner. Y a t-il derrière tout ça une volonté d’éradication de la population?

A quand un audio détourné « Après tout ils sont habitués à crever pour manque d’oxygène, pour erreur médicale, pour mauvais diagnostic. C’est ce que Dieu a voulu pour eux. Qu’ils ne viennent pas nous fatiguer maintenant! D’ailleurs on n’aurait pas dû fermer les mosquées. Fort heureusement le ramadan arrive, ils vont prier, prier et n’auront plus la force de réclamer quoique ce soit ». Seulement, cette fois ci, ce n’est pas notre palu ou notre dengue locale avec lesquels nous avons appris bon an, mal an à composer. Cette fois-ci nous sommes face à une pandémie, au même problème qui touche tous les humains, TOUS, et chacun de sa villa, de son appart, de son banga peut suivre sur son téléphone ce qui se passe chez lui et chez les autres. Continuez donc à jouer avec le feu mais si vous ne saisissez pas la gravité du moment, vous êtes plus en danger que vous ne le croyez! »

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*