haybafm 30 mars 2020

Comoriennes, Comoriens, mes chers compatriotes ;
J’ai tenu à m’adresser à vous aujourd’hui, pour la troisième fois
depuis l’apparition de la crise sanitaire liée au COVID 19 qui secoue
le monde.
A cette occasion, je voudrais tout d’abord, en votre nom,
exprimer notre sympathie et notre pleine solidarité avec tous nos
frères et sœurs de l’Ile comorienne de Mayotte, nos frères, sœurs et
amis, français, franco-comoriens et l’ensemble de nos compatriotes de
la diaspora comorienne en France, et dans tous les autres pays
durement touché par l’épidémie du Coronavirus.
Parmi eux, nous comptons déjà, des victimes. J’adresse aux
familles et aux proches, nos condoléances les plus sincères et
attristées et je prie avec vous, pour qu’Allah couvre les défunts, de
son immense miséricorde et accorde un prompt rétablissement aux
nombreux malades dénombrés.
Nous savons tous aujourd’hui, que l’infection du virus peut
entrainer un état de santé très grave. J’appelle alors tout le monde, à
respecter rigoureusement les consignes et les mesures prises par les
autorités compétentes.
J’exhorte tous nos compatriotes, à rester à la maison, à veiller sur
leur santé et celle de leurs proches et à ne sortir qu’en cas de
nécessité absolue.
Je leur demande surtout, de penser à la protection de tous et plus
particulièrement, les plus vulnérables, dont les personnes âgés ou
affectés par des maladies chroniques.
Mes chers compatriotes
A ce jour, aucun cas de COVID 19 n’a été enregistré dans les
trois autres iles de l’Union des Comores. Nous en rendons grâce à
Allah et nous prions pour qu’Il débarrasse le monde entier, de cette
pandémie.
Cependant, depuis le début de cette crise, le Gouvernement, par
précaution et prévention, a pris des mesures fermes destinées à éviter
l’introduction ou la propagation du virus dans nos îles.
Après avoir interdit les rassemblements liés aux festivités et aux
mariages, nous avons pris la décision de fermer nos frontières et de
suspendre la prière du Vendredi et les prières collectives, après avis
du Grand Mufti et de nos Ulémas.
Les madrassats, les écoles, les collèges, les lycées, l’Université,
les centres et aires sportives, ont également été fermés jusqu’à nouvel
ordre. D’autres mesures concernant les marchés et les commerces,
seront prises progressivement.
Un Comité scientifique est à pied d’œuvre pour conseiller,
proposer les dispositions nécessaires à prendre, éclairer les autorités
et sensibiliser les citoyennes et citoyens, afin de protéger notre pays de
cette pandémie
Je voudrais ici, remercier les membres de ce Comité pour leur
mobilisation et leur disponibilité.
Je tiens également à remercier Madame la Ministre de la Santé,
son administration et le corps médical, les services de l’Etat, les
Préfets, les maires et les Chefs de village, pour leur implication dans
cette bataille.
Je remercie tout particulièrement le mouftorat, les Ulémas, les
organisations patronales et les associations de jeunes, pour avoir pris
le relai sur le terrain, en vue faire appliquer les mesures prises.
J’accorde une mention spéciale aux membres et aux responsables
de nos forces de l’ordre qui accomplissent leur mission pour garantir
le respect des décisions, sur l’ensemble du territoire national.
Je salue la discipline et le comportement digne et responsable
de l’immense majorité des Comoriennes et des Comoriens, qui
respectent les décisions prises, les consignes données et les gestes
barrières.
Je rends hommage aux initiatives prises par nos villes et villages
et nos quartiers, pour protéger la population.
J’apprécie à sa juste valeur, l’engagement des organisations de la
société civile, au pays comme dans la diaspora,
Mes chers compatriotes,
Dans cette période délicate et compte tenu de l’évolution de cette
pandémie, l’Etat a le devoir d’accompagner toutes les citoyennes et
tous les citoyens ainsi que toutes les institutions qui subissent déjà les
impacts de cette crise sanitaire mondiale, notamment les institutions
financières et bancaires et leurs usagers, les entreprises, les salariés et
les travailleurs.
C’est pourquoi, je voudrais aujourd’hui, vous annoncer les
premières mesures prises pour ces cas précis.
J’ai en effet ordonné au Ministre des Finances, de mettre en place
un dispositif exceptionnel, leur permettant de supporter les charges
fiscales et sociales, de faire face aux échéances bancaires pour tous
les prêts.
– S’agissant des institutions financières et bancaires,
o la Banque Centrale va autoriser le rééchelonnement des
créances et le gel des agios, pour les emprunts impactés par cette
épidémie ;
o Les taux de réserve obligatoires seront réduits à 5%
durant 5 mois/ à compter du 1er avril ;
– Au niveau des douanes
o Les procédures seront simplifiées et les importateurs
pourront dédouaner leurs marchandises en une journée ;
o Les droits et taxes douanières sont réduits de 30% pour les
produites alimentaires, les médicaments essentiels ainsi que
les produits et les matériels d’hygiène
o Jusqu’au 31 juillet, les procédures de dédouanement seront
allégées pour certains produits soumis à des règles
o La date limite de dépôt des dossiers fiscaux est reportée du
31 mars au 31 mai
Bien entendu, l’Etat et la population, sont en droit d’attendre la
répercussion des ces mesures sur les prix à la consommation.
– Au niveau des entreprises publiques dont l’activité a été
interrompue par la fermeture des aéroports,
o Une enveloppe exceptionnelle sera accordée à COMA’AIR
ASSISTANCE, à l’ANACM et à ADC pour leur permettre
de faire face à la situation, notamment vis-à-vis de leurs
employés.
D’autre part, j’ai donné des instructions fermes au Ministre de
l’Economie et de l’énergie, pour que dans cette période, toutes les
dispositions soient prises, afin da garantir la fourniture régulière de
l’eau ou de l’électricité.
Par ailleurs, une brigade mixte, composée d’agents des forces de
l’ordre et du Ministère de l’Economie, veillera au strict respect des
prix des produits de consommation.
Ainsi, j’annonce, solennellement, que le non respect des mesures
que j’ai prises, pour rendre les prix de produits de première nécessité,
abordables pour tout le monde, sera sévèrement sanctionné. Pour
cela, je demande, comme toujours, votre sincère accompagnement.
Il n’y aura plus aucune tolérance à la spéculation.
Mes chers compatriotes,
Ce n’est pas de gaité de cœur, que j’ai décidé de fermer les
frontières de notre pays. De ce fait, de nombreux voyageurs comoriens
en transit dans de nombreux pays, se trouvent en difficulté pour
rentrer.
Nous pensons à eux et je voudrais leur dire que toutes les
options sont à l’étude pour leur permettre de regagner la patrie le plus
vite possible.
Comme tous les autres pays, nous devons nous préparer à faire
face à des moments difficiles dont personne ne peut mesurer
l’intensité et la durée.
Nous devrons donc être en mesure de nous adapter et,
s’il le faut, prendre d’autres mesures en fonction des avis et de
l’éclairage de notre Comité scientifique, de nos Ulémas, de nos
économistes et de nos financiers.
Je vous demande alors toujours plus de discipline et de respect
des mesures prises et des consignes données.
Renforcez les gestes barrières et conformez-vous fermement aux
informations officielles émanant des autorités compétentes.
Evitez les fausses informations et les rumeurs colportées par les
irresponsables et les réseaux sociaux, qui peuvent semer la panique
et compromettre les efforts engagés pour barrer la route au COVID
19.
Dans cette phase de la bataille engagée contre l’entrée et la
propagation du Coronavirus dans notre pays, je vous appelle toutes
et tous, comoriennes et Comoriens, notamment les acteurs
économiques, sociaux, associatifs, les forces de l’ordre et de sécurité
à nous unir pour respecter et faire respecter les décisions, les mesures
et les consignes, prises pour protéger notre population.
Alors, mes chers compatriotes, dans le pays et dans la diaspora,
protégeons-nous car en nous protégeant nous-mêmes, nous protégeons
les autres, qui sont nos parents, nos amis, et tous ceux qui nous sont
chers.
C’est ensemble, dans la discipline et l’effort commun, dans
l’action et dans l’unité, que nous surmonterons cette crise sanitaire
mondiale. De cela, nous sommes capables.
Nous devrons sortir de cette période, en bonne santé, renforcés
et plus que jamais déterminés à redresser notre pays et le hisser au
niveau des ambitions que nous nourrissons pour lui.
Vive la République, vive l’Union des Comores !
Qu’Allah bénisse et protège notre pays.
Je vous remercie.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*