haybafm 4 mai 2020


Le Gouvernement a t il perdu espoir de pouvoir gérer l’alerte ou la crise de Coronavirus ?
Aujourd’hui tous les médecins exerçant à Ngazidja étaient invités à prendre part à une réunion à la Direction nationale de la santé sur… ??? Disons la situation sanitaire.

Un nombre important de medecins étaient absents. Eux aussi sont dengués. Les chefs de service et membres des sous commissions de la lutte contre le Coronavirus étaient présents ainsi que les jeunes médecins pour la plupart non fonctionnaires, des postes de santé.
La ministre de la santé est vite partie, suivie du Directeur de la santé. Il y avait une réunion dans un bâtiment plus important que celui de la Direction Nationale de la Santé : au ministère des Affaires Étrangères. Des participants s’en sont émus et demandé s’il y avait plus que la santé.
La réunion a confirmé qu’il n y a pas de leadership de la …(crise, situation, pandémie, épidémie de dengue, de Covid-19, de pneumopathies, d’engorgement des services de réanimation ?) actuelle.
Il a été beaucoup question de trouver des médecins pour les rotations des équipes à Samba.
Une alerte au manque de pousse-seringues et de canules a été lancée. Selon nos informateurs ce sont des outils incontournable dans des salles de réanimation.
Il a été relevé qu’aucune des nombreuses promesses d’aide en matériel des partenaires bilatéraux et internationaux, n’a été réalisée à part les livraisons chinoises.
Les médecins qui traitent les patients admis en réanimation, quel que soit le diagnostic, sont ceux qui se font entendre.
Difficile de constater qu’il y a des responsables de la surveillance épidémiologique. Soit parce qu’il n’ y en a pas besoin, soit parce qu’ils n’arrivent pas à se faire entendre ou qu’on ne les écoute pas où qu’ils sont moins beaux que leurs collègues.
Dans tout ça s’élèvent quelques voix pour appeler au professionnalisme médical et moins de complaisance politique.
Personne ne maîtrise ce qui se passe pour les tests. Quels critères ? Comment ? Où registre, etc…
Des prélèvements faits à Anjouan attendraient. Aucune information précise n’a été donnée sur le travail réalisé au labo de l’INRAPE, ce qui ne fait que croître la suspicion sur les résultats attribués à ce labo. Un travail de labo est palpable, consigné, traçable.
Plusieurs participants ont déclaré à HaYba que les tests réalisés l’ont été par test rapide.

Summa summarum : comme pour toute situation plus ou moins importante, nationale ou du quartier d’en haut comme du quartier d’en bas ( Mdra djuu na Mdra mbwani), quand ça se passe à Ngazidja, ce sont les grands noms qui se font entendre.
Et Pour la surveillance épidémiologique ? Vous avez dit quoi ?
De quelle épidémie parlions nous ? Ici On parle de prise en charge de nombreux malades en service de réanimation. C’est le problème. Et basta. Cessez la panique.

D’ailleurs dimanche, c était dimanche. On ne publie pas de bilan comme dans les autres pays paniqués. Dimanche : repos, prélèvements, repos tests, repos labo, repos blabla. Le jour où le Dieu des Chrétiens s’est reposé. On va pas emmerder une population musulmane.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*