haybafm 25 juin 2020


Moroni va bénéficier d’un financement de 2 millions de dollars pour la construction d’une structure de drainage des eaux pluviales et la gestion intégrée des déchets.

Le Centre Technique Regional pour la Gestion des Catastrophes et la Résilience Urbaine en Afrique de l’Est (DiMSUR) en partenariat avec le Fond d’Adaptation aux Changements Climatiques, ONU-Habitat et OXFAM, a organisé du 23 au 24 juin au Retaj un atelier de dimension régional pour présenter la mise en place d’un projet intitulé  » Construire la résilience climatique urbaine dans le Sud-Est de d’Afrique » avec la participation des représentants des autres pays membres à savoir Madagascar, Malawi et le Mozambique.

Mardi, l’ouverture de la réunion à été fait par visioconférence en présence du Ministre de l’Intérieur, de la Gouverneure de Ngazidja ainsi que de nombreux personnalités.
Pour l’Union des Comores le projet consiste à la construction d’un système de drainage des eaux pluviales dans la capitale. Le site choisi est le quartier de la Coulée.
La présentation du projet a été fait par M. Hamid Soule, de l’Observatoire Volcanologique du Karthala, manager du projet. La Présidence sera assurer par le Directeur de la Sécurité Civile, M. Tachfine Ahmed et qui est aussi le point focal pays.
Pour le début du programme, 4 villes ont été choisies pour servir de modèle, Morondava, Zomba, Chokwe, et Moroni. Financé à hauteur de 12 millions $ par le Fond d’Adaptation, ce premier volet sera destiné aux financements des travaux de 4 communes pilotes afin de renforcer leur capacité de résilience en matière de changement climatique et d’adaptabilité face aux risques liés aux défis de l’Urbanisation.
L’ ONU- Habitat est le porteur de projet avec l’assistance technique du Centre Technique Régional pour la Gestion des Catastrophes et la Résilience Urbaine (DiMSUR). Chaque ville aura une enveloppe de 2 millions $ afin de réaliser ses projets.

Pour Moroni, l’ouvrage devant permettre le drainage et la canalisation des eaux pluviales de la Coulée est estimé à 1million $. L’autre moitié sera destinée à l’amélioration de la gestion des déchets dans la capitale afin de viabilisé le projet. Une réplication du projet dans d’autres villes n’est pas à exclure tant les zones à risque sont nombreuses dans l’ensemble du pays.
Lors des discussions, le problème du ruissellement des eaux pluviales dans la Médina de Moroni a été évoqué mais le secrétariat à opposé une fin de non-recevoir à la partie comorienne, dans la mesure où les financements du Fond d’Adaptation sont rigides et ne peuvent être utiliser que sur un projet déjà évalué.
Le support académique des différents projets sera assuré par l’Université North-West de Johannesburg et celle d’Antananarivo sans exclure les autres universités des autres pays membres qui peuvent être associer au besoin dans les Comites de pilotage au niveau de chaque pays.

Le secrétariat a insisté sur une plus grande implication des agents de communication (journalistes) qui doivent être associer avant, pendant et après la réalisation du projet. Le Malawi est un cas d’école sur ce dernier volet car l’association des journalistes prend part activement aux préparatifs de la construction et la réhabilitation des ponts et barrages dans la commune de Zomba. Nous osons espérer qu’aux Comores la presse ne sera pas qu’un outil cérémonial.

Saïd Ahmed Badraoui

HaYba FM la Radio Moronienne du Monde.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*