haybafm 26 avril 2020


Le car de la gendarmerie est arrivé à 7h. Certains gendarmes arborent un gilet jaune où est inscrit « Brigade de lutte contre le COVID-19 ».
Pour rappel, il y a 2 jours le préfet du centre a ordonné le déménagement de tous les vendeurs de produits non alimentaires au marché de Dubai. Ne sont autorisé à rester à Volovolo et au petit marché de Moroni, que les vendeurs de produits alimentaires.
Ce dimanche à Volovolo, l’atmosphère est bizarre . Les stands des produits autres qu’alimentaires sont vides.
Mais les vendeurs sont tout au tour. On les voit à l’affût d’une opportunité de vente. Ils interpellent les clients, est ce que vous cherchez quelque chose ? Thermos, poêle à frire,…?
A défaut de stands, les vendeurs circulent avec leurs marchandises dans les bras pour pouvoir vendre et si nécessaire fuir les gendarmes.

Les vendeurs de friperies sont complètement désorientés. Le dimanche est leur jour de vente, c’est la tradition. Une vendeuse de friperie chochotte à sa collègue, « ils nous interdisent de vendre, tu te rends compte ? Qu’est ce que je vais devenir ? » Elles sont juste en face de leur place de vente où ont pris place les gendarmes.

Étrangement, les produits alimentaires ne sont pas à l’intérieur dans les stands libérés, mais sont à l’extérieur, posés par terre à côté des déchets.
Y a-t-il eu vraiment un dialogue entre la préfecture et les vendeurs préalablement ?
Faut-il croire les propos de certains qui disent que la préfecture et la mairie de Moroni veulent réattribuer les stands à de nouveaux vendeurs ?

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*