Plateformes pétrolières entre Mohéli et Anjouan ?


A HaYba nous n’avons aucune information et ne sommes pas qualifiés pour avancer des hypothèses techniques dans un sens ou un autre. Vous êtes nombreux à nous contacter au sujet de l’information publiée sur Youtube par le Docteur Chami sur l’existence de plateformes pétrolières entre Moheli et Anjouan, sur la base d’images révélées par un simulateur de vol du Dr Abdoul Oubeid. Certains d’entre vous attendent que « HaYba vous dise la vérité ». HaYba ne sait rien. Certes nous ne cessons d’insister sur l’importance du pétrole dans l’orientation du pouvoir actuel et d’acteurs étrangers et partant d’appeler les forces vives du pays à s’ y intéresser mais nous n’avons aucun indice permettant de croire qu’il y a exploitation.

Le Dr Oubeid a sonné une alerte en s’interrogeant sur la signification des images montrées/ relevées, sans conclure à l’existence de plateformes. A HaYba, nous avons interrogé des ONG spécialisées dans la veille sur la production et l’économie pétrolière et d’autres spécialisées dans l’observation des images satellites accessibles au public. Nous avons quelques amis de HaYba habitués à observer les images satellites open access. Nous nous sommes adressés à des Scandinaves, des Allemands, des Américains, des Français, des Sud Africains et des Malaisiens. Parmi eux des services officiels qui se situent à un très haut niveau d’expertise. Personne ne nous a confirmé l’existence de ces plateformes. Pour autant nous ne pouvons pas conclure qu’elles n’existent pas puisque nous ne savons pas s’il existe des plateformes escamotables ou invisibles.

Nous nous posons des questions. Il est difficile de s’expliquer l’intérêt pour les autorités comoriennes actuelles, qui aux yeux des instances internationales sont légitimes, de faire cacher des plateformes pétrolières dans leurs eaux territoriales (nationales) incontestées (on n’est pas entre Mayotte et Madagascar). Voler du pétrole de pipeline est courant, des pétroliers qui s’approvisionnent en contrebande ou au delà des quotas agrées (par exemple par l’OPEC), c’est quotidien. Construire des plateformes secrètes ne peut pas être le fait des autorités comoriennes qui n’ont ni les moyens ni l’expertise technique. Seules de grandes sociétés internationales ayant pignon sur rue et l’expertise de forages dans les grands fonds des eaux comoriennes peuvent réaliser de telles structures qui demandent des investissements importants.

En regardant les points supposés d’implantation des 2 plateformes on constate qu’ils sont dans l’axe Mohéli -Anjouan, survolé quotidiennement par les compagnies nationales, longé par des kwasa et bateaux reliant les îles. Dans les avions comme sur les bateaux, par temps clair, les équipages et les passagers ont une vue qui embrasse des dizaines de kilomètres.

L’ interrogation de marins aux ports de Moroni, Shindini, Fomboni et Mutsamudu, les discussions avec des navigants de compagnies aériennes n’ont donné aucun indice.

Voilà Amis de HaYba.

Author: haybafm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *