haybafm 15 avril 2020


J’ai choisi de faire personnellement un assez court direct pour informer de la situation d’un patient de l’hôpital de Mde, souffrant de détresse respiratoire et dont le transfert au service de réanimation d’El Maarouf était refusé.
Panique à bord. Pourquoi, à chaque fois qu’une information/ interrogation est soulevée nos responsables paniquent ou considèrent qu’on met en doute leurs savoir et pouvoir qui leurs ont été gratifiés par Dieu ? Tout simplement parce qu’ils ne sont pas transparents, volontairement ou involontairement. Ils fusionnent secret défense, secret médical, secret professionnel, droit de réserve et les opposent à la liberté d’informer et au simple et fondamental, droit du citoyen à être informé.
HaYba contrôle ses informations avant de publier. Les autorités le savent.
HaYba n’a divulgué aucune information confidentielle – notons en passant, qu’à moins d’une loi, peut être d’un décret, les activités et les textes de la coordination ne sauraient être confidentiels.
HaYba a insisté plusieurs fois que le malade n’a pas été diagnostiqué de COVID19, mais que son état et les symptômes inquiétaient. Je maintiens qu’il y a eu opposition à son transfert à la Réanimation d’El Maarouf. Nous avons relevé que s’il y avait eu possibilité d’analyse, le problème ne se poserait pas. Il n’y aurait pas de doute à El Maarouf.
Tout est politique dans ce pays. La règle est aussi bien pour les politiques que pour les techno-politiques de toujours paraître maître du ciel et de la terre. Il fallait absolument montrer, que tout est sous contrôle, que HaYba ne sait rien et ne doit pas disputer aux responsables le monopole d’informer en premier ce qu’ils veulent. Donc pas vrai La Réa d’El Maarouf n ‘a jamais refusé, n’a pas eu peur ? Ah bon ? On nous dit qu’elle a juste dit qu’il fallait que ses médecins aillent préalablement ausculter le malade à Mdé , annexe d’El Maarouf. Quel aveu ! Pourquoi dépêcher 2 médecins à Mdé (après l’alerte de HaYba) alors que si tout était normal, la routine serait respectée. Un malade de Mde, qui nécessite un transfert médical dans un service spécialisé d’El Maarouf, l’obtient sur simple prescription du médecin traitant de Mde. Non ? Combien de fois, pour d’autres cas, des confrères sont allés à Mdé autoriser ou non, OK disons évaluer ou non, le bien fondé d’un transfert ? A l’heure où j’écris ça il est toujours à Mde.

HaYba n’a rien dit qui puisse identifier le malade. Plus maladroit du côté officiel, on distille des informations pour montrer que vraiment il n’ y a pas Coronavirus. On apprend que le patient est vieux, il est diabétique. On a beaucoup appris ces temps-ci ; que justement ce sont les vieux souffrant de maladies chroniques que nous devons protéger en premier. Raison de plus de s’inquiéter.
Il faut que nos autorités se réveillent et s’occupent de l’essentiel. Il n’ y a eu alerte et panique du côté autorités que parce que il n’ ya pas encore dans ce pays, plus de 2 mois depuis qu’on parle de cette maladie, des outils de diagnostic. S’il y a une coordination nationale et des sous commissions, auxquelles le Président ne comprend rien, a dit son directeur de cabinet, les responsabilités ne sont pas réparties et les procédures ne sont pas définies. On fonctionne encore à la comorienne, c’est à dire politiquement. Il y a ceux pour qui le premier réflexe est de plaire au président, quitte à lui dire n’importe quoi, le tranquilliser même sur ce qui ne l’inquiéterait pas. Il faut avant tout montrer que le pays est bien dirigé. HaYba a toujours été le premier média à combattre les Fake news sur le coronavirus. Bien plus rapidement que les médias d’état. Si nous écrivions chaque fois qu’un patient de Dubai ou d’ailleurs éveille des soupçons sur le personnel soignant, on fatiguerait nos fidèles Amis.
Nous lançons ici une sérieuse alerte : de moins en moins de Comoriens, dans nos quartiers et villages adhèrent aux mesures barrières. C’est dangereux. Quand on a fermé les mosquées, il faut montrer au profond croyant comorien, dont la mosquée est aussi un lieu social, et pas que de prière, qu’on ose prendre des mesures qui nous gênent dans le quotidien. Par exemple la réglementation négociée des transports et des marchés. Il faut qu’il voit les Messieurs puissants respecter la distanciation. Il faut qu’il soit renseigné sur la distribution des équipement de protection. Et comment le milliard et plus de KMF « qui sont là », comme l’a affirmé le Directeur de cabinet, sont dépensés judicieusement. ET quand on commence à TESTER. Et si le gouvernement et ses scientifiques pensent que le masque ne sert à rien, qu’ils le disent. S’ils pensent au contraire qu’il protège, que le peuple les voient le porter.
Il est urgent de savoir, de faire, pour que le peuple le voit, se persuade du sérieux du gouvernement et de ceux qui l’accompagnent. Les bonnes volontés pour compléter les actions de l’état se sont manifestées avant même que le gouvernement ne soit audible. Crier que les Mmadi Kana Zahahe à la Mchangama foutent la merde, ne tiendra pas longtemps pour détourner l’attention de la population.
Surtout Maintenant que dans l’île comorienne de Mayotte, il est déclaré que le virus a été constaté sur une personne venant des Comores. Rappelons que seul HaYba avait noté l’absence de contrôle à Paris-Roissy, des 256 ressortissants français rapatriés des Comores. Même si le gouvernement accuse maintenant l’impérialisme français de basse manœuvre, pour une grande partie du monde et pour une partie des Comoriens, le virus est là. Et ça n’a rien à voir avec Mde-El Maarouf, ni les prétentieux donneurs de leçon de HaYba
Face à ce danger, assez de diversion, de poitrine bombée et de politique politicienne. Le gouvernement doit unir les Comoriens, avec humilité, dans la transparence pour nous protéger de cette pandémie. Moins de discours et d’arrêtés. Des tests, des médicaments, des équipements, du matériel de prévention, des lieux de traitement. Une unité nationale basée sur le dire vrai et le faire ce qu’on promet.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*